L'actualité littéraire de Solange Tellier

Archives de Tag: Rouillac

Je partage avec vous les notes de Claire Antoine qui m’avait reçue à Metz en janvier 2015. Une belle analyse littéraire qui me donne l’occasion de remercier à nouveau Claire pour son regard professionnel sur mon travail ainsi que toutes les personnes de l’association messine.

« Premier été » de Solange Tellier : quelques notes

19 janv. 2015

A l’occasion du Café littéraire APAC (Association Plumes à Connaître – ville de Metz-) consacré samedi 17 janvier à Solange TELLIER

Mes réflexions, mon parcours au fil de la lecture.

Ce que j’ai aimé dans le court roman, situé entre réel et imaginaire : les personnages, Quentin, Angélyne, un lieu/personnage la Charente en particulier Mourillac *  et son théâtre antique, et par petites touches disséminées, la Lorraine.

Le jeune Quentin a 27 ans il est  docteur en géographie depuis peu. Donc il écrit, décrit et parcourt la terre. Il n’est pas (encore ou peut-être ne le sera-t-il jamais) un géographe « aménageur » du territoire, au service des  politiques.

En décidant de prendre la route, vers l’océan, il entraîne son lecteur  dans une sorte de zoom, grâce à une série de rencontres  de plus en plus intimes, rapprochées, rencontres  avec des lieux et des êtres. Il va dépasser le scientifique, le savoir  dans le récit-là.  (Dans un retour aux sources de lui-même)

L’instance narrative  confirme son discours scientifique par ex p 27. Quentin le savait «  les particularités géologiques et climatiques sont déterminantes pour la structure de l’habitat. » La nature est première.

Le vocabulaire est précis et rappelle tous les dadas du géographe avec le plaisir que l’on peut ressentir à utiliser le mot juste pour le sol et le sous-sol : Les cuestas, les buttes témoins, etc. Une volonté de décrire finement.

Page 15, grâce à un  poème présenté, en note,  comme étant celui du « vrai » Quentin pointe l’idée d’un récit  autobiographique : Surmarqueur d’une  réalité  autobiographique mais aussi lien avec la deuxième partie intitulée 28 septembre.

Le prénom est important. C’est comme si la recherche en quelque sorte de la signification secrète de son nom justifiait son voyage et son arrivée dans le village de Saint Quentin

D’ailleurs la jeune Angélyne qu’il va rencontrer en arrivant en Charente, le deuxième personnage  a elle aussi un nom qui la dépasse, qui la relie à  un  lieu : Saint Jean d’Angély. A un lieu et à l’histoire : d’ailleurs elle va guider Quentin. Elle est incollable sur l’histoire de sa région.

Quentin est en route…La conscience de ce qu’il y a autour de lui se réveille, ses sensations refont surface .

Tous les déplacements ne sont pas profitables en qualité « d’être ». En  passant de son village, de l’enfance, des bois, à l’Université, à l’ âge adulte, il a été amputé de sa capacité à être.  Il a dû  oublier le plaisir de s’abandonner. Plaisir du « détachement »  des choses ? Se détacher de l’inutile, de l’encombrant.

Et c’est le rôle du voyage, qu’il va entreprendre que cette reconquête  de lui-même, sans abandonner pour autant son idéal de géographe contemporain,  d’homme du flux du déplacement…Il va en quelque sorte retrouver son propre flux vital.

Il franchit, dès le chapitre 2 les limites de son département.  Premier pont, première frontière Il est décrit comme « dépaysé » Un changement mental va tout de suite intervenir.  Il entame son chemin   personnel  de transformation vers la Charente. Il reprend les commandes de lui-même avec des gestes du quotidien, Il se douche, se purifie, sourit et chante. La luminosité, l’air vivifiant et apaisant, la présence d’hirondelles, de tourterelles lui font retrouver pureté, innocence.

[ Gül ILBAY lit un extrait du livre où Quentin  retrouve le goût simple du plaisir du goût, du toucher, de la vue. Une promenade au marché.]

Et… il rencontre Angélyne. celle qui va devenir son guide lui promet des paysages magnifiques et des « soirées magiques ».

… la tête de Quentin heurte la carosserie de la voiture dans laquelle ils étaient montés. Le choc !

Ce qui suit fait penser à La mare au diable  de George Sand, au moment où tous les repères disparaissent  (avec un mystérieux retour en arrière où sont  évoqués les Fades ) pour que les deux personnages puissent s’avouer leur attirance réciproque

Les correspondances, les connivences vont s’accumuler. (dans les pages 62 et suivantes),  et de multiples liens, des correspondances secrètes vont se faire jour entre les 2, personnages, entre la Charente et la Lorraine

–       Poétique, en résonance avec la Meuse de Péguy, fleuve nonchalant, un peu comme la Charente

–    C’est là que se situe la petite histoire humoristique du kiss me not (kitchenotte) la coiffe des jeunes charentaises, mise en garde,  dissuasive… « ne m’embrassez pas avec cette cornette »…Ici une correspondance entre la timidité de Quentin et son possible blocage psychologique et la jeune fille moins réservée, mais qui aurait,  elle à dépasser un blocage « culturel »… ? –

– En exergue une citation de Paul Eluard : «  Il n’y a pas de hasard, il n’y a que des rendez-vous » que l’on retrouve dans le texte à la page 43 introduite pas : Une phrase qu’il avait déjà entendue résonnait en lui … petite mise en abyme

Le RV prévu depuis toujours finalement, entre les deux héros, est aussi pointé du doigt par l’auteur malicieuse qui renvoie à la construction du livre.

– Correspondances aussi dans le vocabulaire des lieux , l’escargot lorrain, le schneck devenu pain aux raisins  et les mots avec des finales en « ac » du pays de la jeune fille qui équivalent à ceux  en « ange » chez Quentin (qui signifient l’ appartenance à un lieu ou à une personne) et aussi peut-être même peut-on rapprocher en les croisant…le ac du « Qu » de Quentin et l’ « ange » d’Angélyne

«  Le lien se tissait, son cœur était présent »

Et là, même le vocabulaire géo classificateur se charge de sens nouveaux.

Quentin joint le geste à la parole invite sa guide à imaginer son village loin, très loin, … » Je crois apercevoir ta maison : celle qui est recouverte d’ardoises …je la vois réellement « … derrière la ligne bleue des collines

Et c’est, au moment de cette reconnaissance par Angelyne, de la maison natale, que l’auteur va la décrire, que l’on va connaître son visage, vu par Quentin.  Emotion sensuelle.

Le chemin qu’ils empruntent va déboucher sur l’édifice,  sur le temple qui devient un lieu propice à l’exaltation dans une prose poétique en symbiose. La descente de Quentin vers le théâtre antique est lue par Geneviève Kormann

Une descente vertigineuse, dans un temps devenu élastique. Un raccourci, un passage temporel de bonheur intense, dans un refuge, avec une nature complice (un peu rousseauiste). Les lieux conduisant à une rêverie plénitude et sérénité. Prise de conscience paroxysmique de l’existence. Une jouissance née de l’effacement dans une nature protégée et profonde qui est son reflet.

Dans un deuxième temps, Angéline rejoindra Quentin et …tombera dans ses bras  pour de sensuels baisers.  Le silence les entoure dans cet instant suspendu. Ils évitent de parler de commenter ce qui leur arrive avec des mots  » de psy « …de peur de tout gâcher, de tout casser.  Est-ce qu’il a partagé son expérience ?

Il faut peut-être laisser une part d’ombre pour donner une chance aux sentiments d’exister ?

Le langage scientifique, la poésie et le silence.

Ils remonteront en se tenant par la taille.  Un retour très simple à la vie.

L’auteur et le lecteur les lui abandonnent

 

Je remercie Solange TELLIER de m’avoir permis de rédiger ces quelques notes. En suivant Quentin,  je n’ai pas vu le temps passer et j’y ai trouvé beaucoup de plaisir !

Claire Antoine (APAC Metz)

  • note de l’auteur à propos de Mourillac > Il s’agit de la ville de Rouillac, en Charente, à l’anagramme presque parfait (hormis le M)

photos : théâtre des Bouchauds, Rouillac et ses maisons lovées contre l’église au curieux clocher roman octogonal, et Sainte Radégonde de Talmont qui vient en illustration de la nouvelle « 28 septembre » qui vient en point d’orgue de « Premier été ».


vue-densemble-sans-estrade-metalscene1

photos S.Tellier

…..

Quelques mètres suffirent à les amener en surplomb d’un espace dégagé s’ouvrant sur un panorama à couper le souffle. Le jeune homme fut saisi par ce qu’il découvrait. Angélyne avait bien fait de prévenir ! Devant lui, ou plus exactement, en-dessous lui, une cuvette en demi-cercle parfait, épousait le versant de la colline pour descendre jusqu’à une plate-forme située en contrebas que sa guide désigna du nom latin d’orchestra. Quelques soubassements délimitaient des espaces rectangulaires. Sur leur droite des pans de murs se dressaient comme des tours en ruine évidées. L’ensemble ne formait plus un monument à proprement parler, mais les vestiges, par leur dimension, laissaient imaginer une construction imposante à l’époque de sa splendeur.

Devançant la remarque Angélyne répéta ce qu’elle avait déjà dit le matin :

— Ce théâtre était l’un des plus grands de la Gaule rurale.

A flanc de coteau, sur toute la surface pentue et herbeuse, le relief naturel remodelé par le travail des hommes avait permis d’installer la cavea où prenaient place les spectateurs. Les fouilles n’avaient pas permis de mettre à jour d’éléments en pierre, ce qui laissait supposer que le public s’asseyait sur des gradins en bois.

Quentin suivait les explications avec attention, absolument médusé par ce qu’il découvrait au fin fond de cette campagne charentaise. Il laissa son regard glisser jusqu’à la ligne de l’horizon, très loin, tout juste à hauteur des yeux. L’opinion du géographe fut sans appel : ce théâtre devait avant tout sa magnificence à son implantation remarquable.

Sur la vaste plaine, les maisons, les fermes regroupées en hameaux, en villages, piquaient de touches roses et blanches le quadrillage champêtre où les parcelles dorées alternaient avec d’autres déclinant le vert dans toutes ses variantes et que les haies contenaient dans une géométrie régulière. L’ultime limite, délicatement soulignée par le blanc des coteaux calcaires que sublimait le soleil, était par endroits plus relevée dessinant des pleins et des déliés bien marqués. Le ciel d’un bleu profond, aujourd’hui sans nuage, prenait sa part dans le tableau. De ce côté-ci, nulle écharpe de gaze ne baignait le paysage pour diffuser la lumière et noyer les contours qui restaient nets, parfaitement découpés. Cette brume océane, vapeur en suspens, eaux réchauffées reprenant leur cycle infini, n’était visible que sur le versant opposé de la colline, en direction de l’ouest, lorsque, quittant Mourillac, la vue se perd loin, là où la terre rejoint la mer, là où le soleil chaque soir disparaît à fleur de terre pour s’enfoncer dans les flots. Là-bas, si l’on en croit le propriétaire du moulin érigé sur un mamelon au milieu des vignes, on peut, la nuit venue, distinguer depuis la lucarne du grenier, les lueurs du phare veillant sur l’estuaire.

Premier été – p.59sélection prix de l'estuaire recadrée

Solange Tellier – Geste éditions-Tous droits réservés

ISBN 979-10-93644-00-4

 

photo-045

 


001

Avec l’arrivée d’une nouvelle équipe départementale, Tonus Charente change de nom et devient Charente Mag. L’équipe rédactionnelle n’en a pas oublié pour autant de mentionner Premier été dans sa page 21 « Pour vous ».

Qu’elle soit remerciée pour la mise en valeur de cet ouvrage qui rend hommage au théâtre gallo-romain des Bouchauds sur la commune de Saint-Cybardeaux.

Pour lire quelques extraits cliquer à droite sur la catégorie Premier été

DSC00022

 

 


Mardi 14 juillet

dédicace à Saint-Trojan

(17)

Île d’Oléron

52, bis rue de la République

Boutique Aupit

Pineaux-Cognacs

(lien)

****

Dimanche 19 juillet

Fête Gallo-Romaine

Théâtre des Bouchauds

(lien)

Saint-Cybardeaux-Rouillac

(16)

Signature et moments lecture

dans le cadre du Centre d’interprétation du Théâtre

Ferme des Bouchauds

extraits de Premier Eté

« Le roman de l’été » comme le présentent les éditions Geste qui le publient dans leur collection « La Compagnie du Livre », mais surtout LE roman du théâtre avec plusieurs évocations tant historiques que romantiques de ce lieu hors du commun.

Une lecture prévue en matinée, une autre en cours d’après-midi.

Séances de dédicace à la suite.

Pour commencer à découvrir Premier Eté >

https://siletheilmeracontait.wordpress.com/category/3-premier-ete/


Saison 2015 sur le site des Bouchauds c’est parti !  avec la fête de printemps sur le site.

Quelques mètres suffirent à les amener en surplomb d’un espace dégagé s’ouvrant sur un panorama à couper le souffle. Le jeune homme fut saisi par ce qu’il découvrait. Angélyne avait bien fait de prévenir ! Devant lui, ou plus exactement, en-dessous lui, une cuvette en demi-cercle parfait, épousait le versant de la colline pour descendre jusqu’à une plate-forme située en contrebas que sa guide désigna du nom latin d’orchestra. Quelques soubassements délimitaient des espaces rectangulaires. Sur leur droite des pans de murs se dressaient comme des tours en ruine évidées. L’ensemble ne formait plus un monument à proprement parler, mais les vestiges, par leur dimension, laissaient imaginer une construction imposante à l’époque de sa splendeur.
Devançant la remarque Angélyne répéta ce qu’elle avait déjà dit le matin :
— Ce théâtre était l’un des plus grands de la Gaule rurale.

A flanc de coteau, sur toute la surface pentue et herbeuse, le relief naturel remodelé par le travail des hommes avait permis d’installer la cavea où prenaient place les spectateurs. Les fouilles n’avaient pas permis de mettre à jour d’éléments en pierre, ce qui laissait supposer que le public s’asseyait sur des gradins en bois.
Quentin suivait les explications avec attention, absolument médusé par ce qu’il découvrait au fin fond de cette campagne charentaise. Il laissa son regard glisser jusqu’à la ligne de l’horizon, très loin, tout juste à hauteur des yeux. L’opinion du géographe fut sans appel : ce théâtre devait avant tout sa magnificence à son implantation remarquable.
Sur la vaste plaine, les maisons, les fermes regroupées en hameaux, en villages, piquaient de touches roses et blanches le quadrillage champêtre où les parcelles dorées alternaient avec d’autres déclinant le vert dans toutes ses variantes et que les haies contenaient dans une géométrie régulière. L’ultime limite, délicatement soulignée par le blanc des coteaux calcaires que sublimait le soleil, était par endroits plus relevée dessinant des pleins et des déliés bien marqués. Le ciel d’un bleu profond, aujourd’hui sans nuage, prenait sa part dans le tableau. De ce côté-ci, nulle écharpe de gaze ne baignait le paysage pour diffuser la lumière et noyer les contours qui restaient nets, parfaitement découpés. Cette brume océane, vapeur en suspens, eaux réchauffées reprenant leur cycle infini, n’était visible que sur le versant opposé de la colline, en direction de l’ouest, lorsque, quittant Mourillac, la vue se perd loin, là où la terre rejoint la mer, là où le soleil chaque soir disparaît à fleur de terre pour s’enfoncer dans les flots. Là-bas, si l’on en croit le propriétaire du moulin érigé sur un mamelon au milieu des vignes, on peut, la nuit venue, distinguer depuis la lucarne du grenier, les lueurs du phare veillant sur l’estuaire.

Les détails topographiques n’échappaient pas à l’œil expert de Quentin. Il détermina avec précision les points cardinaux. Le théâtre était orienté plein Nord. Le chemin débouchait latéralement sur l’édifice, c’était donc très exactement le nord-est qu’ils avaient en face d’eux.

― Je suis arrivé par là, indiqua-t-il. Et, joignant le geste à la parole, il pointa du doigt un repère invisible invitant sa guide à imaginer son village, loin, très loin, derrière la ligne bleue des collines.

 DSC00022p.58-59 – Premier été

Prochains salons : lien


affiche culturaCholet (49) mais aussi

D’autres rendez-vous dans le Sud-Ouest :

Marché de Noël de Mareuil (16)  vendredi 12 de 17h à 22h

*

Salon du livre de la Société des Auteurs Poitou-Charentes > Dimanche 14 décembre à Saint-Bonnet (proche Barbezieux)

*

Super U de Sauzé-Vaussais (79)>  samedi 20 décembre à partir de 9h30

*

Si le Theil me racontait et Fleurs d’étoiles seront également présentés

*

Premier été, un documentaire sur la Charente ? Beaucoup d’évocations en effet des paysages charentais mais ceux-ci sont également le prétexte à une belle histoire. Chacun y trouvera donc ce qu’il préfère.

*

…   Suivant d’Est en Ouest le même itinéraire que le voyageur, le soleil avait amorcé son ascension et émergeait maintenant par-dessus les collines, inondant la plaine charentaise.

Quentin arrivait en vue d’une bourgade dont l’identité s’affichait en quatre mots sur un panneau un brin racoleur  : Mourillac, son camping, sa piscine, son calme. En-dessous du premier, un autre, à l’effigie des Foires et Marchés de France, précisait : foire mensuelle le 27.

La départementale contournait le bourg bien visible, en surplomb sur la gauche. Cette perspective en contre-plongée donnait l’impression que les habitations s’agglutinaient, enchevêtrées les unes dans les autres.

    — On dirait qu’elles sont toutes à s’embrasser, s’amusa Quentin observant à flanc du tertre de faible altitude, les étages épousant le relief.

 Au niveau supérieur, les maisons se serraient intimement autour de l’église dont le clocher, présentant une curieuse géométrie octogonale, semblait avoir bien de la peine à s’élever pour s’arracher à l’ensemble. Quentin pensa aux clochers de chez lui arborant pour la plupart des pointes grises saluant le ciel de leurs drôles de chapeaux de sorcières, tandis que d’autres se paraient d’un bulbe de style germanique. L’église de son village, elle, était unique à se faire orientale avec un clocher et un dôme d’inspiration byzantine.

Ici, l’architecture était tout autre. L’édifice présentait des toitures étagées, harmonieusement déployées, recouvertes comme celles des maisons qui lui étaient accolées, de tuiles romanes dont le qualificatif rappelait que de hardis colonisateurs, habiles bâtisseurs avaient, par de subtils métissages, imposé leur présence, transformant le pays gaulois en un savant quadrillage de  provinces gallo-romaines. Le jeune homme ne manquerait d’ailleurs pas de constater, un peu plus tard, combien dans ce coin tranquille de Charente, les empreintes de l’avancée méditerranéenne restaient présentes. Dans l’immédiat, sa soif de découverte n’était pas primordiale, faire une pause s’avérait le plus urgent et le camping signalé allait lui donner l’occasion d’étrenner la toile de tente igloo achetée juste avant son départ.

         Il obliqua à droite au premier carrefour et n’eut qu’une centaine de mètres à faire pour accéder à un terrain ombragé en retrait du bourg et de la voie de circulation.  La grille d’accès était fermée  mais une notice invitait tout voyageur arrivant tardivement à s’installer discrètement et à se présenter dès le lendemain pour les formalités. La barrière n’était pas verrouillée. Quentin en poussa le battant et engagea la voiture dans l’allée en prenant soin de la laisser glisser le plus silencieusement possible. En ces premiers jours de juillet, les lieux n’étaient pas encore très fréquentés, pas totalement déserts non plus !  Une caravane était installée au fond du terrain. …

La nouvelle qui vient en point d’orgue de l’ouvrage évoque quant à elle la petite cité de Talmont :

L’atmosphère était limpide. On pouvait distinguer facilement la rive opposée de l’estuaire et de la même façon suivre du regard la bordure continentale avec ses falaises blanches se découpant nettes, sur le sable foncé. Bien plus loin en aval, un petit doigt levé au ciel figurait le veilleur de l’estuaire. Cordouan.
Au pied du promontoire, les affleurements rocheux que la marée lorsqu’elle est haute recouvre de ses flots, étaient pour l’instant bien visibles. Ils se dévoilaient garnis d’une épaisse chevelure d’algues vert sombre sur lesquelles les mouettes avaient élu domicile. Elles se tenaient, coites, pour la plupart. Quelques irascibles isolées lançaient néanmoins de temps à autre des cris rauques qui effrayaient ou agaçaient leurs congénères. Dérangées dans leur inertie matinale celles-ci battaient alors des ailes un instant et rejoignaient en sautillant un autre perchoir. Des petits chevaliers, arborant une élégante livrée grise et blanche, et juchés sur leurs longues pattes rouges fouillaient la vase de leur bec habile, hochant inlassablement la queue. Quelques sternes passaient, rasant la grève. Une aigrette avançait, solitaire et tranquille, bien plantée sur ses deux pattes graciles. La blancheur de son plumage immaculé tranchait sur les teintes sombres du sable humide.
Je suivis le chemin abrité qui se coulait sous les tamaris et les pins parasols, lesquels pour se protéger des vents avaient oublié de grandir. Je devais par endroits courber le dos et baisser la tête pour éviter les branches basses. J’arrivai enfin sur le flanc ouest de l’église, toujours aussi belle avec ses rondeurs typiquement romanes, sa couverture de tuiles roses et la blancheur de ses pierres calcaires doucement éclairées par le soleil d’automne. Dans le petit cimetière, les roses trémières, sans appui ni entrave, frémissaient sous la brise légère. L’automne et ses rafales ne tarderaient pas, hélas, à les coucher au sol.

28 septembre-extrait-

*

Talmont croquis

 page bio-biblio-commandes

 


salon-du-livre.454.340 la rochelle

Vendredi 5 décembre

de 14h à 19h

Samedi-Dimanche 6 et 7 décembre

de 10h à 19h

Espace Encan

Le programme (cliquer)

28 septembre est une nouvelle qui vient en point d’orgue du roman Premier été. La trame se situe dans la petite cité de Talmont, en bordure de l’estuaire …

L’atmosphère était limpide. On pouvait distinguer facilement la rive opposée de l’estuaire et de la même façon suivre du regard la bordure continentale avec ses falaises blanches se découpant nettes, sur le sable foncé. Bien plus loin en aval, un petit doigt levé au ciel figurait le veilleur de l’estuaire. Cordouan. Au pied du promontoire, les affleurements rocheux que la marée lorsqu’elle est haute recouvre de ses flots, étaient pour l’instant bien visibles. Ils se dévoilaient garnis d’une épaisse chevelure d’algues vert sombre sur lesquelles les mouettes avaient élu domicile. Elles se tenaient, coites, pour la plupart. Quelques irascibles isolées lançaient néanmoins de temps à autre des cris rauques qui effrayaient ou agaçaient leurs congénères. Dérangées dans leur inertie matinale celles-ci battaient alors des ailes un instant et rejoignaient en sautillant un autre perchoir. Des petits chevaliers, arborant une élégante livrée grise et blanche, et juchés sur leurs longues pattes rouges fouillaient la vase de leur bec habile, hochant inlassablement la queue. Quelques sternes passaient, rasant la grève. Une aigrette avançait, solitaire et tranquille, bien plantée sur ses deux pattes graciles. La blancheur de son plumage immaculé tranchait sur les teintes sombres du sable humide. Je suivis le chemin abrité qui se coulait sous les tamaris et les pins parasols, lesquels pour se protéger des vents avaient oublié de grandir. Je devais par endroits courber le dos et baisser la tête pour éviter les branches basses. J’arrivai enfin sur le flanc ouest de l’église, toujours aussi belle avec ses rondeurs typiquement romanes, sa couverture de tuiles roses et la blancheur de ses pierres calcaires doucement éclairées par le soleil d’automne. Dans le petit cimetière, les roses trémières, sans appui ni entrave, frémissaient sous la brise légère. L’automne et ses rafales ne tarderaient pas, hélas, à les coucher au sol. Dans un buisson, un pinson lança soudain ses trilles joyeuses. Automne ou printemps ? Il n’y avait pourtant pas d’erreur possible. Nous étions fin septembre. C’était vraiment une belle journée d’automne.

Premier été. SolangeTellier

stand 44

DSC00051

 



%d blogueurs aiment cette page :