L'actualité littéraire de Solange Tellier

Archives de Tag: roman

Entre Premier été et 28 septembre … quelques lignes qui sentent encore l’été pour remettre, à vous touristes qui avez peut-être découvert Talmont il y a quelques jours, quelques images, quelques parfums.

Talmont, et Sainte-Radegonde accrochée à son rocher. Il est encore temps de profiter de quelques belles journées pour découvrir cet endroit magique.

….

J’aimais cet éclat métallique que le soleil fait vibrer. J’aimais cette sensation d’arriver au bout de la terre, et de parvenir enfin là où les cœurs peuvent à la fois s’élever vers le firmament et se laisser aller au gré des flots. Mon cœur, depuis le départ bercé de souvenirs se réveilla. La torpeur et la tristesse qui m’avaient tenu compagnie tout au long de ce chemin de pèlerinage laissaient place à l’impatience. Mes yeux fouillèrent le paysage sur la gauche pour enfin l’apercevoir.

Et il m’apparut.

Toujours la même image quand on arrive à cet endroit où la terre devient marais, et où ce dernier rejoint à son tour les sables.

Village tout en rondeur, tout en douceur. Village à la fois posé sur les terres et accroché au bord de l’océan. Au bord du fleuve disent les riverains.

Car là-bas, ce n’est pas tout à fait l’océan, et ce n’est plus tout à fait un fleuve. Les flots frappant de leurs assauts les contreforts du village sont ceux de deux fleuves mêlés, réunis en un large estuaire dont le nom évoque une femme belle aux formes généreuses. Gironde ! Et lorsque la marée s’engouffre dans la bouche béante, alors, les eaux prennent un goût de sel et voient le sable en suspension dessiner en surface des langues brunes s’allongeant au gré du flux et du reflux et faisant miroiter sous le soleil leur poudre d’ambre comme des milliers de poussières d’étoiles.

 

J’étais arrivée.

Je laissai la voiture sur le parking aménagé à l’écart du village. Deux véhicules seulement étaient stationnés.

Je franchis le ponton de bois au-dessus du chenal et accédai à un sentier au sol pavé.

Avant de m’engager, depuis la place, dans une des ruelles étroites, j’avançai jusqu’à la plate-forme en demi-cercle dominant la jetée. Pas de bruit. Pas de vagues. L’océan était en vacances. Le village, comme un petit Mont Saint-Michel était ce matin cerné par la grève qui s’étalait très loin.

Je restai un moment à contempler ce vaste paysage sablonneux. Le silence empreint de fraîcheur marine était seulement entrecoupé de quelques cris d’oiseaux. L’horizon clair et dégagé laissait deviner les lignes de côtes environnantes.

Je tournai le dos à la mer pour revenir tranquillement vers le village en empruntant une venelle menant à l’église Sainte Radegonde. L’endroit était bel et bien désert. Trois ou quatre boutiques encore ouvertes espéraient sans doute quelques vacanciers d’arrière-saison. Cherchant contre les murs un hypothétique soutien, des roses trémières essayaient tant bien que mal d’arborer encore dignement leurs hampes allongées au bout desquelles ne s’accrochaient plus qu’une ou deux corolles fleuries. Les dernières de la saison.

Premier été – suivi de 28 septembre. page 62

ISBN : 979-10-93644-00-4

Publicités

A venir >

Dimanche 29 novembre

Gaujac (47)

Lot et Garonne

***

dimanche 6 décembre

Foire du livre

Chabanais (16)

***

Passés

>

Samedi 24 octobre
Salon des Arts et des Lettres
Roullet Saint-Estèphe (16)

***
Dimanche 25 octobre
Salon du livre Maisons Paysannes
Vindelle (16)

***

Dimanche 15 novembre

Salon des arts et lettres

Vouillé (79)


001

Avec l’arrivée d’une nouvelle équipe départementale, Tonus Charente change de nom et devient Charente Mag. L’équipe rédactionnelle n’en a pas oublié pour autant de mentionner Premier été dans sa page 21 « Pour vous ».

Qu’elle soit remerciée pour la mise en valeur de cet ouvrage qui rend hommage au théâtre gallo-romain des Bouchauds sur la commune de Saint-Cybardeaux.

Pour lire quelques extraits cliquer à droite sur la catégorie Premier été

DSC00022

 

 


Dans le cadre de

la fête de la littérature et du salon du livre franco-britanique

Charroux Literary Festival

  qui se tiendra à Charroux (86)

les 27-28 et 29 août prochains

j’animerai le vendredi 28 dans la matinée, un atelier de poésie française sur le thème de l’arbre.

Il s’agira pour les participants d’acquérir quelques bases techniques et syntaxiques pour composer une petite symphonie de mots.

L’atelier étant prévu à l’intérieur, si déjà vous pensez y participer vous pouvez profiter de l’été pour faire le plein de sensations en forêt : lever le nez vers les futaies, toucher du doigt, caresser les écorces, vous imprégner des parfums, vous laisser prendre par les murmures, les souffles, les bruits de l’arbre ou de la forêt. Puis vous mettrez tout cela dans un coin de votre tête ou bien vous le noterez précautionneusement sur un petit calepin que vous prendrez avec vous le jour de l’atelier.

Vous l’aurez compris, après Fleurs d’étoiles qui vient tout juste de poser ses valises dans le Sud, Premier été qui tiendra sa place à Mortagne,  Si le Theil me racontait saura à son tour vous enchanter à Charroux.

Cette fête organisée par Christine Collette et Kate Rose, mix de littérature française et anglaise est une première dans la région Poitou-Charentes et promet par conséquent de belles rencontres …. infos à suivre ….

 

tilleul-modific3a9.jpghttp://charrouxlitfest.com/authorslauteurs/solange-tellier/


Tandis que le père finissait de vérifier le chargement, la mère et les deux plus jeunes enfants s’installèrent dans le véhicule. Lui, l’enfant au cœur sensible, l’enfant au cœur tendre, l’enfant au sourire d’ange s’avança vers l’arbre. Il posa son front et appuya longuement sa poitrine contre le tronc, tout en essayant de l’enserrer de ses petits bras. Ne faisant ainsi plus qu’un avec le centenaire, il écouta battre son cœur contre l’écorce grise et entendit résonner dans un même sursaut le cœur de l’arbre ami. Les feuilles bruissèrent doucement. Le garçonnet laissa échapper un soupir. À cet instant, dans un même élan, l’arbre et l’enfant venaient de se faire l’un à l’autre un serment inaudible et secret.
Les yeux remplis de larmes, le jeune garçon dut pourtant se résoudre. Il desserra son étreinte. Les larmes roulèrent sur ses joues et c’est le cœur bien lourd qu’il grimpa dans le véhicule.
Quand celui-ci démarra, c’est sans un regard en arrière qu’il se laissa emporter. Les images qu’il voulait préserver, les petites flaques de bonheur, il les avait, imprégnées dans son cœur. Indélébiles.
La voiture franchit la petite barrière en bois et s’engagea sur la route. Une route qui ramenait la famille vers l’Est, tout là-haut dans le petit village enserré de collines, qui venait de subir les assauts d’une armée étrangère maintenant prête à s’emparer du pays tout entier avec la complicité d’un chef d’état qui voulait faire croire aux Français que le pays était sauf.

Ce matin-là, les oiseaux ne chantaient pas.

Le tilleul, une fois encore, se retrouvait seul. Sa frondaison était nappée d’une écharpe grise qui cachait obstinément le soleil. Les branches les plus basses laissaient choir sur l’herbe tendre des larmes de rosée, des perles de tristesse.

Si le Theil me racontait. p.44-45

neige 2010 046



%d blogueurs aiment cette page :