fleurs d’étoiles, man, le theil édition, solange tellier

              Aujourd’hui le vent a soufflé moins fort. Lorsque le soleil se fut effacé derrière les mamelons du relief, il s’est comme lui posé, emportant les bruits du jour pour ne laisser traîner que quelques souffles à travers les hautes futaies marquant d’une frange plus sombre la ligne de partage du ciel et de la terre. Il a oublié aussi entre les pierres, entre les murs, entre les arbres, entre les creux et les crêtes, des murmures, quelques échos de bêtes se répondant. Respirations mêlées d’espèces innombrables qui n’ont ici en commun que leur volonté de continuer à vivre quelque soit l’instant.
Sur cette steppe immense, où les hommes sont si peu nombreux que l’on peut marcher pendant des heures sans rencontrer l’ombre d’un seul, la vie semble s’arrêter pour de bon lorsque la nuit pose son voile. L’hiver surtout, quand le froid jette ses piques et engourdit tout ce qui bouge et ce qui vit. Pourtant rien ne se joue avec la fin du jour. Rien ne se meurt. La vie reste tapie attendant le moment propice pour laisser les visiteurs du soir prendre le relais. Et c’est surtout quand le jour et la nuit ont passé leur équinoxe de printemps, qu’ils sont des milliers de petits cœurs, des milliers de petits yeux et de petites antennes, des milliers de tiges minuscules et de corolles discrètes à attendre l’obscurité et la fraîcheur du crépuscule pour renaître ou s’éveiller.

Fleurs d’étoiles – extrait -© Solange Tellier- octobre 2012 – incluses à l’ouvrage : 2 pages album-photos, 2 illustrations et 4 poésies originales de l’auteur – 

Publicités