L'actualité littéraire de Solange Tellier

Anthologie des poètes charentais/ Plumes

stylo_plume_d_autruche_blanche

 

La prochaine anthologie des poètes charentais sur le thème « Plumes » sera présentée au public

le vendredi 9 décembre prochain

lors de la soirée consacrée à la poésie organisée par l’Atelier poésie de Cognac.

Y figurera ma poésie Plume d’Ange dont je vous livre ici un extrait >

 

Entre plume et plume

n’y aurait-il qu’un souffle ?

un souffle d’âme

un souffle d’ange …

Plume,

es-tu mienne vraiment

ou passeuse seulement ?

Légère tu occupes l’espace

et le temps et la feuille

….

Les maux les bonheurs

comptent les heures.

Puis voilà qu’à nouveau

ton ancre me retient.

Je pose mes bagages.

pour imprimer d’autres voyages

que toi seule connais.

Solange Tellier – Tous droits réservés

Anthologie 2016 des poètes charentais

de l’Atelier Poésie de Cognac

cadeau < clic sur image

dvd-les-ailes-du-desir

 

 

 

Journées du patrimoine

vue-densemble-sans-estrade-metalscene1

photos S.Tellier

…..

Quelques mètres suffirent à les amener en surplomb d’un espace dégagé s’ouvrant sur un panorama à couper le souffle. Le jeune homme fut saisi par ce qu’il découvrait. Angélyne avait bien fait de prévenir ! Devant lui, ou plus exactement, en-dessous lui, une cuvette en demi-cercle parfait, épousait le versant de la colline pour descendre jusqu’à une plate-forme située en contrebas que sa guide désigna du nom latin d’orchestra. Quelques soubassements délimitaient des espaces rectangulaires. Sur leur droite des pans de murs se dressaient comme des tours en ruine évidées. L’ensemble ne formait plus un monument à proprement parler, mais les vestiges, par leur dimension, laissaient imaginer une construction imposante à l’époque de sa splendeur.

Devançant la remarque Angélyne répéta ce qu’elle avait déjà dit le matin :

— Ce théâtre était l’un des plus grands de la Gaule rurale.

A flanc de coteau, sur toute la surface pentue et herbeuse, le relief naturel remodelé par le travail des hommes avait permis d’installer la cavea où prenaient place les spectateurs. Les fouilles n’avaient pas permis de mettre à jour d’éléments en pierre, ce qui laissait supposer que le public s’asseyait sur des gradins en bois.

Quentin suivait les explications avec attention, absolument médusé par ce qu’il découvrait au fin fond de cette campagne charentaise. Il laissa son regard glisser jusqu’à la ligne de l’horizon, très loin, tout juste à hauteur des yeux. L’opinion du géographe fut sans appel : ce théâtre devait avant tout sa magnificence à son implantation remarquable.

Sur la vaste plaine, les maisons, les fermes regroupées en hameaux, en villages, piquaient de touches roses et blanches le quadrillage champêtre où les parcelles dorées alternaient avec d’autres déclinant le vert dans toutes ses variantes et que les haies contenaient dans une géométrie régulière. L’ultime limite, délicatement soulignée par le blanc des coteaux calcaires que sublimait le soleil, était par endroits plus relevée dessinant des pleins et des déliés bien marqués. Le ciel d’un bleu profond, aujourd’hui sans nuage, prenait sa part dans le tableau. De ce côté-ci, nulle écharpe de gaze ne baignait le paysage pour diffuser la lumière et noyer les contours qui restaient nets, parfaitement découpés. Cette brume océane, vapeur en suspens, eaux réchauffées reprenant leur cycle infini, n’était visible que sur le versant opposé de la colline, en direction de l’ouest, lorsque, quittant Mourillac, la vue se perd loin, là où la terre rejoint la mer, là où le soleil chaque soir disparaît à fleur de terre pour s’enfoncer dans les flots. Là-bas, si l’on en croit le propriétaire du moulin érigé sur un mamelon au milieu des vignes, on peut, la nuit venue, distinguer depuis la lucarne du grenier, les lueurs du phare veillant sur l’estuaire.

Premier été – p.59sélection prix de l'estuaire recadrée

Solange Tellier – Geste éditions-Tous droits réservés

ISBN 979-10-93644-00-4

 

photo-045

 

Après l’été ….

Après l’été d’autres rencontres >>>

En partenariat avec la Société des Arts et Lettres de Charente

Dimanche 2 octobre

de 10h à 18h

Rencontres et dédicaces en l’église de la Madeleine ( Criteuil près de Segonzac 16)

***

Dimanche 16 octobre

Salon de Niort (79)

salonlivreniort2016-741x1024

***

26 et 27 novembre

Mon’s Livres

(Mons – Belgique)

mons-livres-2016

 

Tournée estivale

Joindre l’utile à l’agréable même quand l’utile est également agréable. Trois rendez-vous signatures pleins de belles surprises, bon accueil à la Maison de Pays, OT Mont Aigoual Cévennes et des instants précieux auprès de Christian.  Que du bonheur !  dédicace florac recadréeDSC03428DSC03442DSC03462DSC03485

DSC03644DSC03627DSC03671DSC03657DSC03669DSC03705

dédicace Florac – le Causse plein cadre – carline > emblème toujours – cigale sur le Larzac – improbables sentiers – > tous les bonheurs à l’arrivée : Cirque de Navacelles, corniche du Méjean, quand l’arbre et la pierre ne font plus qu’un, Vase de Sèvres, ballet aérien, Fleurs d’étoiles.

photos Solange Tellier – Tous droits réservés – blog déposélogo copygright

En Lozère … quelques dates

couv blog fleur d'étoiles

Jeudi 28 juillet
Presse de Florac
de 9h à 13h

***

Mercredi 3 août
Maison de la Presse de
Meyrueis
de 9h à 13h

***

En soirée
Marché nocturne
du Rozier

***

En vente également à  >

Maison de Pays, Office de tourisme Mont Aigoual Cévennes de Valleraugue (30)

Maison de la Presse, Saint-Jean du Gard (30)

Maison de Pays du Mas de la Barque (48)4ième couv blog

Et la guerre dans tout ça ?

            Parmi ces hommes de la terre, il en est un qui, lorsque la neige recouvre encore les pierres du plateau, guette le premier souffle de vie, le premier battement d’aile, comme autant de signes du renouveau. Il s’appelle Christian.

Christian est né ici. Le Causse est son pays, c’est aussi toute sa vie. Accroché à son île aussi solidement que les rocs qui la soutiennent et qui surplombent les gorges que deux rivières presque jumelles ont mis toutes leurs forces à entailler, le berger solitaire ancré à sa terre natale a pourtant un jour, lui aussi, traversé la grande bleue l’espace de quelques saisons. Il n’avait rien demandé. On lui a dit :

– C’est pour défendre ton pays.

Il savait avant de partir qu’il n’y avait rien à défendre dans cette histoire si ce n’était une idée de prestige colonial, chose qui ne le concernait pas. Obliger un peuple à se soumettre n’était pas dans sa philosophie. Mais il n’a pas eu le choix. On lui a donné des armes et mis sur la tête une antenne. Radio ! Ce n’était pas la meilleure place (mais y en avait-il une dans cette sale guerre qui de longues années durant n’a pas voulu dire son nom ?). Bien souvent c’est sa propre vie qui n’a tenu qu’à un fil, comme cette fois où les antennes de son matériel furent prises pour cibles et sectionnées au-dessus de sa tête par des tirs ennemis. Et puis, il y eut les camarades tués dans une embuscade et cet autre balayé par une rafale tout juste à ses côtés. Avec la mort de ses compagnons d’armes, avec les horreurs commises de part et d’autre révélant à son cœur non-violent autant de barbarie, c’est une partie de lui qui a foutu le camp. Il y eut pourtant sur cette terre qui ressemblait un peu à la sienne, des rencontres, de belles rencontres. Des échanges avec les berges kabyles. Intenses. Hors du temps et de la guerre qui ne pardonnait ni d’un côté, ni de l’autre. Ils avaient en commun leur attachement à la Terre dans son intégralité. Ils échangeaient des points de vue sur leurs pratiques agricoles, et le respect mutuel s’établissait sans faux-semblant. Quand les armes se sont tues, Christian a su qu’il n’y aurait que son Causse pour remettre un peu de paix à son cœur et dans sa tête, pour estomper les images et les cris, pour repousser la mort. Celle de ses amis et celle d’hommes qui n’étaient même pas ses ennemis. A son retour il a dit :

– Je serai berger.

Fleurs d’étoiles- p.22

__________________

La guerre bousille les hommes. Aujourd’hui sur notre sol la barbarie aveugle bousille aussi des femmes, des enfants, des adolescents. Puissent-ils trouver dans la réconciliation avec la nature la paix et la sérénité !

Oubliés la foule, les grands rassemblements, oubliées les diffusions médiatiques qui incitent constamment à la peur et attisent la haine et la violence. Il est temps de passer à autre chose. Revenir aux sources. Revenir à l’humain. Revenir à la beauté des choses.

Combien ont-ils été de soldats bousillés par la (les) guerre(s) ! Beaucoup d’entre eux ont pu se reconstruire un équilibre avec le retour à une vie simple et naturelle.

La force de l’écologie c’est autre chose qu’un mouvement politique qui, hélas, pas plus que les autres, n’est véritablement capable de sortir le pays du marasme où les enjeux politico-financiers l’ont jeté.

L’écologie c’est bien autre chose. C’est mettre l’homme et la nature en harmonie. Ce n’est pas un parti politique qui doit s’attacher à cela. C’est à tous les partis politiques de réaliser que l’on se doit de redonner une dignité et une place à l’homme dans la nature, à moins que ce ne soit le contraire. Redonner à la nature la dignité et la place qu’est la sienne dans notre vie.

Je ne me pose pas en donneuse de leçon. A travers mon ouvrage, par mon écriture, c’est toujours cela que j’ai souhaité faire passer. « C’est un roman » ? question couramment posée. Certes, c’est un roman mais cependant bien plus que cela pour les lecteurs attentifs.

Ce serait le « pays des Bisounours » mon histoire d’extra-terrestre tombée sur le Méjan ? Oh et puis la poésie même en prose c’est affaire de doux-rêveurs ? ah oui, sans doute. Mais j’aime encore mieux être du côté de la poésie que du côté de la barbarie ou de l’ignominie, l’hypocrisie que sais-je encore ….

Voilà pêle-mêle des réflexions que je n’ai pas l’habitude de livrer ici. Mais devant ce qui se passe aujourd’hui je me sens démunie, impuissante. Alors si quelques brins de pensée positive, si quelques mots alignés peuvent donner un peu plus de lumière et de sérénité, prenez ici ce qui vous fait plaisir.

Balade contée

Dimanche 26 juin 2016 

Château de la Motte-Tilly ( près de Nogent-sur-Seine) (Aube)

Quelques aperçus de ce que furent les deux moments de balade contée qui ont été suivis par une vingtaine de personnes.

Il ne fut pas possible d’accéder au tilletum en raison du terrain particulièrement boueux et des moustiques en sur-nombre. C’était effectivement assez impressionnant. Nous sommes donc restés prudemment contre les murs du château où les insectes étaient moins présents.

2_la-motte-tilly-300x161

J’ai commencé par une petite mise en bouche linguistique.

Par transformations successives deux préfixes se retrouvent dans la langue française. Les linguistes considèrent que les préfixes til ou thil ont plutôt été adoptés en langue d’oïl alors que les teil ou theil sont plus couramment usités en langue d’Oc. Même si cela est partiellement vrai il ne faut pas en faire une généralité puisque parmi plus de 200 toponymes que j’ai pu relever (communes et villages, sans compter les lieux-dits) , je retrouve régulièrement des Theil en langue d’oïl – notamment en Bretagne et en Normandie – et de nombreux Tillet, Tillou en Occitanie. J’en donne quelques exemples en fin de mon ouvrage dans la partie intitulée « Etymologie »

A noter bien évidemment que la chose est la même concernant les patronymes : Duteil, Dutil, Tillet …(p.78 de Si le Theil me racontait)

________________

J’ai débuté ce qui devait être un voyage au pays des tilleuls parmi les 80 variétés qui composent le tilletum (provenant d’Asie, d’Amérique du Nord et d’Europe) par la lecture du début de Voyage au pays des arbres, de Jean-Marie Gustave le Clézio, lui-même emprunt de la culture amérindienne. (je posterai ici dans quelques jours les extraits des ouvrages cités)

J’ai enchaîné avec le texte d’André Theuriet qui figure en début de mon ouvrage, extrait de son oeuvre Sous-Bois : Le chêne est la force de la forêt, le tilleul en est sa musique berceuse …… et j’ai récité à la suite mon poème de la page 73 : Bruit de feuilles et d’abeilles bercent mon oreille ……..

________________

J’ai fait alterner les moments littéraires avec quelques évocations plus historiques : Tilleuls de Sully, Tilleul de Marie de Bourgogne, Tilleul de Vaucouleurs (avec lecture d’un court extrait de Jeanne au bûcher de Paul Claudel), d’autres tilleuls remarquables comme celui de Lucheux dans la Somme. J’ai évoqué quelques anecdotes et traditions avant de lire l’extrait de la madeleine de Proust. Car si on l’oublie un peu en associant la madeleine à du thé, il faut savoir que c’était bien dans une infusion de tilleul que Proust avait trempé ses premières madeleines, celles qui ont permis aux souvenirs de s’engranger et de rester à l’ombre de longues années …

Comment ne pas évoquer à la suite, la belle préface qu’Yves Duteil m’a fait l’honneur et l’amitié d’offrir à mon ouvrage :  Un theil … un ancêtre vous parle et sans le savoir un soir vous boirez ses paroles (extrait)

_______________

J’ai proposé ensuite la lecture d’un extrait de Si le Theil me racontait. J’avais choisi deux extraits différents pour chacune des balades, puis lecture  du poème de Maurice Carême : L’enfant et le tilleul.

_________________

Dernière partie : Le tilleul et la mythologie : masques mortuaires de l’Egypte ancienne, légende du centaure Chiron, légendes germaniques, scandinaves, flamandes, poitevines, astrologie celte avec lecture de l’horoscope des natifs du tilleul, puis j’ai terminé par la lecture de la légende de Beaucis et Philémon (qui figure également en fin d’ouvrage).

_________________

Les balades poétiques et littéraires auront duré chacune une heure.

Nous avons terminé, installés sur les marches de la terrasse supérieure, avec la vue plongeante sur le plan d’eau et le tilletum.

la-motte-tilly-275-12_w500Si le Theil me racontait – ISBN 978-2-35168-391-0 – 11€

Commande sur le site ( onglet supérieur > bio-biblio-commandes).  Contact pour des animations (balade contée, ateliers d’écriture, mise en place de projets pédagogiques -écoles, centres de loisirs – résidences pour personnes âgées …. ) : mailto sur la même page


%d blogueurs aiment cette page :