L'actualité littéraire de Solange Tellier

Nouvel ouvrage : Mejean au coeur ~ Mejan al còr

C’est toujours un bonheur que de recevoir, enfin, les exemplaires de son ouvrage.

Une naissance de plus ! Et quelle naissance !

Cela faisait quelques années que je n’avais pas commis de publication et tous ces poèmes commençaient à trouver le temps long dans les tiroirs de mon disque dur. De nouveaux étaient nés ces derniers temps en écho à d’autres composés par une âme poète qui a su toucher la mienne. Des mots et une âme qui ont su redonner des ailes à ma plume. Mon recueil sera composé pour partie de ces derniers, plus personnels sans doute que tous ceux que j’avais déjà écrits sur le Méjean. Plus personnels, plus intimes aussi pour les lecteurs qui sauront entre les mots en saisir la fibre. L’Âme.

Ce recueil m’a demandé beaucoup de travail, d’investissement, et dire que la création artistique est un amusement serait injuste. Pour cette raison qui fait que l’on ne ressort jamais indemne de sa création je suis remplie de gratitude pour toutes les personnes qui sur mon chemin m’ont permis de donner vie à ce projet.

Je remercie plus particulièrement Monsieur André Clément pour sa participation à l’adaptation en occitan en oeuvrant avec toute sa compétence et beaucoup de sensibilité, je remercie de tout coeur mon ami et talentueux Renaud Dengreville, lui-même passionné du Causse et auteur de plusieurs ouvrages dont le Dernier Berger, pour son aimable autorisation pour l’utilisation d’un de ses cliché. Je remercie aussi mon amie Audrey Robert qui a également accepté que trois de ses photos soient utilisées. Quel bonheur de rassembler ainsi des personnes de coeur et de talent autour de quelques vers à la gloire du Méjean !

Quin astre ! Comme l’a écrit Monsieur Clément en conclusion de la préface bilingue qu’il m’a également fait l’honneur de rédiger.

Vous trouverez plus d’informations techniques sur l’ouvrage en page « bio-biblio-commandes » (onglets supérieurs) où figurent également mes autres ouvrages. Chacun d’eux est ensuite répertorié dans la marge droite de ce blog afin de vous permettre d’en lire des extraits ou bien leur actualité littéraire publique (bien mise à mal il faut en convenir ces derniers temps)

N’hésitez pas à me contacter pour toute demande par le biais de l’onglet contact ou directement sur ma boîte mail : solange.charente@laposte.net

Je t’écris

Au dos d’une carte étoilée

quelques mots j’ai posés.

Quatre lignes appliquées.

*

Les mots se sont envolés

dans la fumée d’une bougie allumée.

Le vent les aura-t-il portés

au creux des chemins cachés

que tu parcours sans te lasser ?

Je ne saurai sans doute jamais …

*

Au dos d’une carte étoilée

j’avais écrit : que douce soit ton année *

*

Et puis les étoiles sont restées

Entre un foulard parfumé

et les mouchoirs pliés

*

Les mots sur la carte étoilés

je n’ai pas osé

les envoyer

Sol’Ange

30/03/2022

*lutz et doçor

sul ton còr

Belle cardabelle

Belle cardabelle

Cardabèla bèla


Petite mise en bouche pour recueil à venir. La photo n’est pas celle-ci, et le poème est plus long …

Méjean au Coeur

Le printemps prochain annonce la naissance de mon nouvel ouvrage. Je n’étais pas vraiment prête à m’y remettre. Les photos dormaient depuis des années. Les poésies aussi. Puis l’automne dernier j’ai senti que c’était le moment avec l’idée de faire une adaptation en occitan des poésies à la gloire du Méjean qui sommeillaient dans les tiroirs de mon disque dur. Je sollicitai mon ami Christian pour en faire une adaptation dans sa langue maternelle. L’idée avait fait jaillir dans les yeux du vieux berger caussenard une étincelle de surprise et surtout de vie. Cette vie sur le déclin à laquelle je souhaitais encore mettre un peu de soleil. Il allait m’aider.

La mort en a décidé autrement. Le jour de la Toussaint le Dernier Berger a rejoint le ciel, celui qui s’unit à la Terre aux confins de son île. Mais de là-haut, mon vieil ami devait veiller car dans les jours qui ont suivi Monsieur André Clément a été mis sur mon chemin. J’ai trouvé en cette personne, spécialiste en langue occitane, plus qu’un allié pour l’adaptation que je souhaitais pour certains des poèmes. Je crois réellement que sans lui, sans son soutien, sans sa participation appliquée et active, j’aurais lâché l’affaire en chemin.

La maquette d’un ouvrage, si elle m’avait déjà à deux reprises (sur 4 ouvrages 2 ont été auto-édités) remplie de bonheur s’avérait cette fois plus compliquée. Le fond n’a pas été le plus problématique même si j’ai dû faire une sélection parmi les 70 poèmes prévus au départ pour n’en garder que 57. Faire aussi le choix des photos engrangées et en faire de nouvelles pour illustrer au plus près le poème choisi. C’est surtout la forme qui cette fois m’a demandé beaucoup de travail. Il s’agissait de faire une mise en page convenable pour équilibrer photos et poèmes sur chacune des pages en leur donnant, à chacune, un rythme différent. Adapter le sujet à la page puis en face travailler la forme du poème (centrée ou justifiée) et sa place en vis à vis. Cela ne fut pas simple. J’ai dû faire plusieurs brouillons de tirages papier car je suis une bien piètre utilisatrice de l’écran, et à chaque tirage refaire des réajustements.

Après moults hésitations, remaniements puis corrections, les mises au point finales se sont faites les jours derniers avec l’aide d’Elodie de Copy Media pour les tests de papier de différents grammages et qualité afin d’obtenir le meilleur rendu à l’impression. Monsieur Clément m’avait soufflé cette amicale consigne « faire quelque chose de très beau ». J’espère qu’il sera autant que moi satisfait du résultat.

Ce soir les fichiers sont dans les casiers de l’imprimerie girondine qui a toute ma confiance depuis presque dix années.

A suivre…

Entre Ciel et Terre

Méjean tu défies l’éther.

Tes falaises

corona de pèira

se font pont vers l’au-delà.

(extrait)

Il suffit …

Il suffit d’une fleur

aux confins du néant

pour mettre de la couleur

à ton cœur noir et blanc

positif négatif

ombre en superlatif

il suffit d’une fleur

et de quelques étoiles

juste un peu de bonheur

Ohé ! hissons les voiles !

15 janvier 2021

Quand les lecteurs vous remercient du plaisir que vous leur avez donné par la lecture de vos ouvrages … C’est l’émotion, vraiment. Les petites étoiles dans les yeux des lecteurs qui viennent à vous, presque gênés, et dans ceux de l’auteure tout autant gênée.

Ce petit paquet qui vous arrive, à l’improviste, sur un lieu qui n’a ni la tristesse des salons du livre, ni la solennité d’une librairie. Comme ça, un samedi après-midi sur une place remplie de monde. Remplie de ces gens qui n’entrent pas dans le « moule », qui sont montrés du doigt, qui sont conspués, mis à l’écart depuis maintenant 2 ans.

Différents ! Dérangeants ! A contre-courant ! ça ce sont mes mots. Les mots des autres, de ceux pour lesquels la tolérance n’est pas de mise, pour lesquels une seule ligne ne doit exister, les mots, leurs mots sont nettement plus cruels, et tellement dénués de sens.

Quelle émotion ! oui !

Aujourd’hui je me réjouis du petit plus, très apprécié ma foi, du plaisir gustatif , petite note sucrée qui s’ajoute à la petite note du coeur.

Merci donc à ces deux personnes que je n’ose nommer par peur de les déranger. Petit couple discret, généreux par le coeur. Des personnes qui vous réconcilient un peu avec le monde. Sil y a bien une chose d’ailleurs que j’ai trouvée en ces samedis de fraternité c’est bien cela. La générosité. La tolérance.

Quel bonheur que ce geste ! Oui ! Quel bonheur !

Rien que pour cela je ne changerai rien à ce que j’écris et à la diffusion discrète que j’en fais. Rien que pour ces rencontres vraies, de coeur à coeur. D’âme à âme.

Merci à vous les mots de me permettre cela. Oui, merci vous qui arrivez comme ça. Je n’ai jamais su pourquoi …


%d blogueurs aiment cette page :